LA FEMME JUIVE

Publié le par COJUMEIC

voir l'image en taille réelle

 

 

 

La femme juive est le coeur :
 Sans son coeur,
l'homme ne peut vivre ;
Et la femme ne peut vivre sans l'huile de la Parole,
représentée par son mari.

 

   L'homme est ce "lieu extérieur" dans lequel se dévoile la vérité.
La femme est le coeur caché qui permet à ce dévoilement
de rester vivant.

 

   

 

L'homme = règles et actes de la Torah

La femme  = la face cachée de la Torah : le coeur

 

La Tora extérieure, Torah des formes et des règles,

est la Torah du coeur, ce que l'huile et la mèche sont à la flamme.

La femme dans son essence, étant rattachée à la Torah voilée,

est capable de s'approcher du monde matériel beaucoup plus

que l'homme. La femme est capable de retrouver D.ieu et s'attacher à Lui.

Là encore, ce n'est pas son infériorité qui la relèbue aux tâches ménagères,

et à un quotidien qui semble vide de toute spiritualité, mais au contraire,

son immense force et sa capacité hors du commun de s'enfoncer dans la

matière sans se couper de ses racines spirituelles. A sa racine une lumière

immense éclaire son  être et la renforce, elle est capable de s'enfoncer

dans l'obscurité et continuer malgré tout à y voir clair.

Une force mystérieuse lui permet de sentir même l'étroitesse de son

quotidien que quelque chose d'immense se cache là où elle se trouve.

L'homme est absolument incapable de comprendre comment d'une

"cuisine" peut émaner une lumière et une chaleur spirituelle aussi fortes

que celles qu'il ressent à l'intérieur des maisons d'étude ou de prière.

C'est pourtant le secret de la femme Juive. Dans le mystère de son être,

voilé au plus profond de sa personne, elle ressent, entend, découvre l'appel

du Nistar, qui lui permet de réunir et dévoiler au coeur de sa "cuisine"

la sainteté des maisons d'étude et de prière. Au plus profond de son être,

il y a les commandements et la prière.Partout où elle se déplace, elle

emporte avec elle l'ensemble du monde spirituel. En fait, il est possible

d'affirmer que l'homme est "l'extériorité " de la Thora et la femme

son "intériorité."

 

LE COEUR ET LES ACTES

 

Seulement lorsque ces deux "réalités" sont réunies et se tiennent face

à face, la Torah se dévoile dans toute sa puissance et éclaire les pas

de ADAM. Chacune de ces "facettes" de la Torah, lorsqu'elles sont

éloignées l'une de l'autre et se tournent le dos, peuvent entraîner l'homme

dans les pires erreurs et de terribles déviations. La Torah de l'homme,

Torah des "formes" et des "actes" lorsqu'elle se coupe de son intériorité,

s'assèche et se vide de son âme.

Une Thora dont le coeur a cessé de battre, une Torah sans âme et sans vie

devient un Judaïsme pesant et étouffant. Une telle Torah perd sa qualité

essentielle, elle cesse d'être une Torah de vie.

Sur le plan spirituel, elle devient une Torah célibataire, c'est à dire

aigrie, égoïste, repliée sur elle-même, qui ne sait que prendre  mais

jamais donner. Comme un homme qui ne s'est pas marié et étouffe d'orgueil

et d'égoïsme parce qu'il n'a pas personne à qui donner.

Vice-versa, la Torah de la femme, Torah du coeur, lumière intérieure,

lorsqu'elle se coupe totalement des formes et des actes et ne s'extériorise

plus, engendre un nouveau type de Juif, le Juif du coeur, Celui pour qui toute

la Torah se résume à l'unique conscience d'être Juif dans son coeur.

Qu'importent les commandements, qu'importe les études et la prière,

pourquoi les règles et les obligations puisque l'on se contente à bon compte

de cette lumière qui scintille au plus profond de l'être ?

 

La Torah extérieure, Torah des formes et des règles, est la Torah

du coeur ce que l'huile et la mèche sont à la flamme.

Seule la réunion de tous ces ensembles permet de faire

naître la lumière. C'est en faisant allusion à cela que le verset nous dit

dans Proverbes :

 

" Accepte mon fils, les règles de ton père et n'oublie pas la Torah

de ta mère."

 

Le secret de la réussite dépend de l'union sacrée entre l'homme et la

femme. Leur "face à face" symbolise l'amour qui doit régner entre

ces deux exigences de la Torah.

L'homme ne peut se passer d'actes et de règles, mais il lui est interdit

de négliger l'exigence de la réalité intérieure de l'appel du coeur.

C'est pour cela que la femme Juive est cachée, voilée, préservée.

Elle est le coeur et sans son coeur, l'homme ne peut vivre et la femme

ne peut vivre sans l'huile de la parole représentée par son mari.

 

 

voir l'image en taille réelle

Publié dans ETUDE DE LA TORAH

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article