LE COEUR EST L'ESSENTIEL DE LA TORAH

Publié le par COJUMEIC




Le coeur est le lieu et l'organe de l'intelligence qui comprend,
discerne et construit ;
 

En même temps c'est le lieu  de l'affection nécessaire pour apprendre. 

  Voici une rose au merveilleux parfum, offerte à chacun sur le rosier devant ma porte.


voir l'image en taille réelle


Elle est la Création, belle et divine d'origine, de l'être présent et de don,
mais le plus souvent ce n'est vu qu'en consommation de surface :  on vend
un beau paysage aux vacanciers, on ne voit que l'apparence d'une belle femme

                   et même cette beauté n'a dans notre regard aucune intériorité,
la femme est ignorée

              sa véritable beauté intime et unique, manifestation de la Chékhina, présence divine capable de donner la vie.
Soyons donc attentif à l'intériorité de l'apparence, du sens littéral et
logique du texte et approchons nous attentivement, écoutons :

C'est exactement la même rose, au même endroit, au même instant
mais elle semble maintenant chanter, s'ouvrir, accueillir en son appartement
qui semble si riche.

Regardons bien, essuyons nos pieds avant d'entrer et écoutons le parfum
qui monte.


41538934_IMG_1915copy4.jpg 

 

 L'intérieur semble se préciser, s'offrir, nous avons enlevé nos chaussures aux semelles sales, pour respecter et ne pas abimer ; nous sommes parmi les intimes
 et nous pouvons découvrir cette nouvelle langue si vivante que nous avions ignorée.

Nous pourrions la décrire dans la logique et la physique du drache ;

mais nous percevons bien qu'il est une vie que nulle formule mathématique 
ne peut décrire et que seul le langage symbolique du rémez, de l'allusion, nous permet d'évoquer sans falsifier, en respect.

Certes, nous avons ajusté avec précision notre regard et notre "objectif de vision
et de photographe" mais, précisément, pour ne pas être "objectif " mais pour
entendre la présence subjective qui se révèle depuis le Créateur jusqu'à nous
dans un baiser tendre et qui nous emporte bien plus loin encore.

Cette fois-ci, nous comprenons jusqu'aux derniers mots du Chir ha Chirim
(Cantique des Cantiques)

 "enfuis-toi, mon Bien-Aimé, vers les montagnes des parfums".

Oui, nous découvrons la source des parfums, dans ces montagnes roses et jaunes
et le jeu de l'ombre et de
la lumière et jusqu'aux traits sur les pistils.
Et la fleur nous donne son secret : au centre un coeur, un "LEV".

Nous voulons le découvrir, nous nous approchons du "sod ", du secret.

Il y a même deux coeurs qui s'entourent l'un l'autre. Avançons encore ...

Les pistils se dressent nombreux et semblent protéger : sous leur tige est chaque ovaire et les pétales jaunes protègent comme sur un berceau les enfants qui vont naître. La Création est ici en action ; entrons plus encore dans le coeur
de la vie même.

voir l'image en taille réelle
 
Nous sommes admis maintenant à voir le dialogue intime des pistils tournés
vers leurs amantes. S'il n'est le lien à la Source de la Vie, tout se fane
et disparaît dans le néant. Le secret se vit ici.

Et nous pouvons encore partager ce moment des intimes naissances :

 Nous sommes arrivés dans l'union à la Création; l'intime et le nouveau
naissent ici.

Nous pourrions encore continuer à entrer dans le palais comme la fait
la Reine Esther, et le Roi lui a dit : 

  "Quelle est ta demande, Reine Esther ? Dis-la ! Et serait-elle la moitié
de Mon royaume, je te la donne". 

Voilà l'amour de Création, nous y sommes.

Devant ce moment de réunification où la Création renait bien loin des échecs stupides et bêtement corrompus et méchants de la politique et des religions assassines, voici l'union divine offerte à chaque existant et la fleur
nous l'apprend, Torah vivante.

Nous disons alors la bénédiction :

"Béni es-tu Toi dont c'est comme cela pour Toi dans Ton monde".

C'est le coeur à coeur.

Ainsi tout cela, toute cette démarche, devant le moindre mot de la Torah
ou de la prière,

C’est exactement comme cette rose que je vous ai présentée.

La Torah nous est transmise par nos maîtres dans la chaîne ininterrompue
de leurs générations et nous pouvons

À notre tour la transmettre. 

 

Tous sont à Son image, tous sont Son but, dans la Rose et par la Rose
 (Chochana, Israël).
Et  Israël et ses textes et ses rites ne sont là que pour rendre fluide
la bénédiction, à tous les peuples de la terre.

Et nous ne sommes que des serviteurs, des fils et filles en fonction de service dans la Création.

Elle est si belle la rose d'Israël, et quel parfum !  Le Chir ha Chirim l'a bien dit !


C'est Israël, c'est l'humanité, homme et femme ensemble, qui reçoit la double source de vie en toutes ses cellules renaissantes.

C'est la fonction du peuple juif que d'étudier la science de ces renaissances et d'assurer le flux vivant dans toute l'humanité.

Si nous le faisons, nous ne serons plus menacés, c'est écrit, c'est assuré, comme la beauté de ces roses.  

Il va falloir tous ensemble nous retrouver. Seulement l'étude ensemble et en intériorité va nous sauver.

 

Cet avenir promis - si nous devenons Esther-la rose Chochana-Israël, - au milieu
des peuples de la région, qui un jour reviendront en amis, si nous vivons de la SOURCE DE VIE, au lieu de ne courir que le commerce international de la technique et des armes, en traitant de "mythes" nos essentielles sources communes.

Si nous étudions avec le coeur et parlons, comme les gens du Sanhédrine,
les langues de nos cousins et voisins, alors ils viendront autrement.
 C'est écrit dans le Cantique des Cantiques :

         "Les bourgeons sont vus sur la terre (d'Israël), le temps du chant est arrivé
et
La voix de la tourterelle (jeu de lettres sur "Torah")
est entendue sur notre terre".

 

Nous devons étudier avec le coeur, et rencontrer aussi les autres qui étudient
avec le coeur, au delà des apparences vaines et corrompues.    

D.ieu veut le coeur !...

 

         Je remercie ma sœur Sylviane de France qui m’a transmis ce magnifique message d’après le commentaire et la méthode d’étude du Gaone de Vilna sur la Paracha Béréchit.

 

Lysdesaron 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans ETUDE DE LA TORAH

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article