MEDITATIONS SUR LE LIVRE D'ESTHER

Publié le par COJUMEIC

Mon amie Sylviane de France, m'a transmis des méditations que le livre d'ESTHER.
Elle oeuvre pour Israël, cette sainte terre qu'elle chérit.
Soyez bénis, par ces textes et recevez mille pensées du Cameroun.

Ani ohevet otak h  (Je t'aime en hébreux)



Meditations sur le Livre d'Esther
 

  Délivre ceux qu’on traîne à la

Mort… Si tu dis : ah, nous ne

Savions pas ! Celui qui pèse

Les cœurs ne le voit-il pas ?

                   Proverbes 24 V 11-12

 

 

 

       En août 1997, je me trouvais à un séminaire dans le sud de la France. Les organisateurs étaient très proches d’Israël de cœur et pour l’intercession. Il y était souvent fait référence à la Reine Esther et à la fête de Pourim.

 

         Pour moi, tout cela ne disait pas grand-chose, et pour être franche, je n’en avais jamais entendu parler. Aussi, un soir, je demandai à ma compagne de chambre ce qu’était le jeûne d’Esther.
« Comment ! Tu n’en as jamais entendu parler, c’est écrit dans la Bible, dans le livre d’Esther. Tu as bien lu le livre d’Esther ? »
Vu ma réaction, elle comprit que j’étais complètement ignorante ! Depuis que je fréquentais les églises, je n’avais jamais entendu de prédication sur le livre d’Esther, jamais lu le livre d’Esther !

 

         Grave lacune puisque c’est un livre d’actualité. D’ailleurs, il a toujours été d’actualité. Il n’y a qu’à voir la recrudescence d’antisémitisme partout dans le monde, et dans notre pauvre France en particulier. Haman a voulu exterminer le Peuple Juif. Tiens donc, il me semble qu’il y a une bonne liste d’Haman depuis l’époque d’Esther jusqu’à nos jours. « Il n’y a rien de nouveau sous le soleil » dit l’Ecclésiaste.


 

         Le livre d’Esther relate un complot formé par un premier ministre antisémite afin d’anéantir le Peuple Juif. Haman, premier ministre du roi Assuérus est un nazi. Il veut détruire tous les Juifs. Mardoché est appelé le Juif, il élevait Esther, fille de son oncle. Mardoché ne fléchissait pas le genou devant Haman, ce qui exaspérait ce dernier au plus haut point car il avait été élevé par le roi de Perse à la plus haute fonction. Il haïssait les juifs et brûlait de la passion d’être exalté au dessus des autres ; Cela ne rappelle t’il pas un certain Hitler ? Haman médita vengeance et trama non seulement la mort de Mardoché, mais également celle de tous les Juifs de l’Empire.

 

         Haman s’approche du roi et par ses plaintes et mensonges obtient de lui la permission d’exterminer tous les juifs. Arrêtons-nous un instant et observons autour de nous. Les mêmes tactiques sont utilisées encore aujourd’hui à l’encontre du Peuple Juif : plaintes, mensonges, calomnies et complots médiatiques… A partir de l’année 1935 en France, de telles « tactiques » ont engendré l’irréparable quand des propagandes éhontées à l’encontre des Juifs ont embrasé notre pays, le souillant en répandant un venin immonde. Médias, journaux, cinémas, affiches, tracts, conférences, s’en sont donnés à cœur joie, pourrissant les mentalités et aveuglant les foules…


 

         Le Roi Assuérus répondit à Haman : « L’argent t’est donné, et ce peuple aussi, fais-en ce que tu voudras. » L’argent est toujours un élément de base pour promouvoir la haine. Louis IX (Saint-Louis) pava les rues de Paris avec la récupération de l’argent des Juifs qu’il massacra ! Il est étonnant de voir avec quelle facilité nos livres d’histoire parfois éludent certains détails, et font passer pour héros des tortionnaires, étonnant aussi de voir l’église qualifier de « Saint » Louis IX, en occultant certains détails… comme le fait qu’il nourrissait une haine violente à l’égard des Juifs !

 

         L’argent toujours : Les dents en or ont été honteusement arrachées aux Juifs assassinés dans les chambres à gaz des camps d’extermination. Ces stocks d’or seraient conservés dans des sous-sols de banque. De même les comptes en banque, les appartements, les biens de toute sorte appartenant aux Juifs « raflés » et disparus en des lieux maudits, fructifient encore au profit de… Lors de l’odieuse rafle du Vel d’Hiv à Paris en juillet 1942, comme d’ailleurs lors des autres rafles en France, des gens s’empressaient d’aller tout voler dans les appartements Juifs. A ce propos, je vais vous relater une histoire vécue qu’un ami Juif de Saint-Dizier m’a racontée. Lors de la rafle du 27 janvier 1944, orchestrée dans toute la Haute-Marne, plusieurs familles juives de Saint-Dizier furent arrêtées, dont Monsieur G… C’était son voisin qui l’avait « vendu ». Ce cher voisin profitant de ce grand malheur, s’empressa de mettre la main sur les biens de Monsieur G…, logement compris. A la fin de la guerre, quelle ne fut pas sa surprise de voir revenir Monsieur G… Ce dernier savait très bien que c’était son voisin qui l’avait dénoncé. Dans les années qui suivirent, Monsieur G… le croisait régulièrement en allant à son travail, et à chaque fois, il saluait son « délateur » d’un « bonjour Monsieur » en retirant son chapeau, mais il ne recevait aucune réponse.



 

         Revenons à l’époque d’Esther. Haman dit au roi Assuérus : « Il y a dans toutes les provinces de ton royaume un peuple dispersé et à part parmi les peuples, ayant des lois différentes de celles de tous les peuples, et n’observant point les lois du roi. Il n’est pas dans l’intérêt du roi de le laisser en repos. »  Une date fut décidée pour l’extermination du Peuple  Juif afin de le tourmenter et de le faire périr. Des lettres furent envoyées par des coursiers dans toutes les provinces du roi pour qu’on fasse périr tous les Juifs, jeunes et vieux, hommes, femmes et enfants, en un seul jour, le treizième du mois d’Adar, et que leurs biens soient livrés au pillage. Ces lettres renfermaient une copie de l’édit qui devait être publié, et invitaient tous les peuples à se tenir prêts pour ce jour-là.

 

         Tout en écrivant ces dernières lignes, j’ai comme une envie d’hurler car je ne peux m’empêcher de voir un parallèle entre ce récit et ce qui s’est passé lors de la seconde guerre mondiale. Et cela me transperce le cœur de plein fouet comme une vision insoutenable. Mais enfin, la même chose s’est produite dans les années 40, des lettres aussi ont circulé dans toutes les régions, au gré d’un vent nauséabonde, emportant villes et villages de France dans le tourbillon de lois iniques et abominables au yeux de l’Eternel.

 

         Lois, décrets et décisions iniques comme :

 

-         la promulgation par le gouvernement de Vichy
de la loi du 3 octobre 1940 portant statut des Juifs,

 

-         la création en mars 1941 du commissariat général
aux « questions juives »

 

-         la loi de Vichy de juillet 1941 instituant la réquisition
des biens appartenant aux Juifs

 

-         la rafle d’août 1941 à Paris, qui a pu se faire
 à l’aide du fichier (lettres) constitué
par la police française
 lors du recensement d’octobre 1940

 

-         les lettres (listes interminables) envoyant toutes
ces familles dans les camps de la mort

 

-         l’odieuse ordonnance de mai 1942 imposant
aux Juifs dès l’âge de 6 ans, le port de l’étoile jaune

 

-         tous ces courriers émanant de la Préfecture de Police
de Paris communiqués à tous les postes de police
pour la mise en place de la plus grande rafle,
 la rafle du Vel d’Hiv du 16 juillet 1942

 

-         etc… etc…

 

 

Quelle abomination ! Toute cette paperasse, toutes ces lettres,

Toutes ces lois, ô bien hypocrites de surcroît, puisqu’elles ne mentionnaient jamais ouvertement qu’elles emmenaient tout un Peuple vers la destruction… la solution finale ! Mais ouvrons les yeux et réalisons la similitude entre les lettres d’Assuérus envoyées dans toutes ses provinces, et les lettres envoyées dans les années quarante dans toutes les régions de France, dans toutes les Préfectures, commissariats de police, mairies des villes et des villages, et qui invitaient chacun à se tenir prêt à la spoliation et à l’anéantissement du Peuple Juif.

 

         Notons au passage qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil, puisque en France, Louis IX (encore lui) persécute les Juifs en les soumettant à de pénibles lois d’exception. Ils deviennent alors l’objet de calomnies et ne peuvent plus se mêler librement à la société environnante. Louis IX ayant eu la réputation d’avoir été un roi très pieux, bon et généreux, l’Eglise chrétienne en a fait un saint. Mais il s’est conduit autrement à l’égard des Juifs, donnant l’ordre en 1240 de brûler tous les exemplaires du Talmud se trouvant dans son royaume. Il a été également le triste initiateur des signes discriminatoires pour les Juifs. Il leur impose de coudre sur leurs habits un morceau de tissu rouge en forme de roue, que l’on appelle la rouelle. Toutes ces discriminations engendrent fausses accusations et violences, et ces calomnies absurdes excitent les populations chrétiennes contre les Juifs qui sont massacrés dans plusieurs régions en France et ailleurs.

 

Ordonnance royale de 1269 édictée par Louis IX

 

         « Du fait que nous voulons que les Juifs puissent être distingués et reconnus des Chrétiens, nous ordonnons que soient imposés des signes aux Juifs des deux sexes. A savoir une roue de feutre ou de drap écarlate, cousue sur la partie supérieure du vêtement, sur la poitrine et dans le dos, qui les fasse connaître, et que la largeur de la roue soit en circonférence de quatre doigts et que la concavité contienne une paume. »

 

 

Ordonnance du 29 mai 1942 prise par l’Etat Français

 

         Signe distinctif pour les Juifs

 

         Il est interdit aux Juifs dès l’âge de 6 ans

Révolus de paraître en public sans porter l’étoile

Jaune.

 

         L’étoile jaune est une étoile à six pointes

Ayant les dimensions de la paume d’une main et

Les contours noirs. Elle est en tissu jaune et porte

En caractères noirs l’inscription « JUIF ». Elle

Devra être portée bien visiblement sur le côté

Gauche de la poitrine, solidement cousue sur le

Vêtement…

 

 

 Des actions secrètes du satan sont occultées par certaines décisions politiques, qui regardées de près, ne sont rien d’autre que des manigances dans le but de détruire le Peuple de Dieu.

 

        

  Dans le livre d’Esther, il est intéressant de constater l’aveuglement du roi Assuérus vis-à-vis des démarches rusées d’Haman. Le roi ne se pose aucune question concernant le peuple à détruire. Malheureusement, l’Histoire n’a pas servi de leçon puisque Hitler a séduit et aveuglé des foules entières, afin de mener à bien son projet d’extermination totale des Juifs (la solution finale).

 

         Ce qui a été, c’est ce qui sera

         Et ce qui s’est fait, c’est ce qui se fera.

         Il n’y a rien de nouveau sous le soleil.

         S’il est une chose dont on dise : Vois, ceci c’est nouveau,

         Cette chose existait déjà dans les siècles qui nous ont précédés.

         On ne se souvient pas de ce qui est ancien

         Et ce qui arrivera dans la suite des temps

         Ne laissera pas de souvenirs chez ceux qui vivront plus tard.

                                                        Ecclésiaste 1 – 9 à 11

 

 

 

         Le Peuple Juif a, à toutes les époques été victime d’une haine si violente qu’à maintes reprises des fous, aidés par les foules, ont voulu les éliminer. Et aujourd’hui, le Peuple Juif est toujours victime de calomnies, d’indifférence et d’incompréhension. Il est affolant de voir que le fait de désigner un « bouc émissaire » ravive des violences et des instincts meurtriers.

 

         Les dernières lettres ou entretiens que j’ai eus avec des amis Juifs m’ont bouleversée, car ils ont peur que « ça recommence », et cette citation d’Elie WIESEL reflète bien ce que j’ai ressenti d’angoisses et de souffrances :

 

         « J’ai vécu trop d’épreuves pour ne pas savoir prédire ce que l’avenir nous réserve. Je le pressens à travers chacun de mes os. Oh bien sûr, j’ai foi en D-ieu, je ne serais pas Juif si j’évoluais dans le vide. Mais je ne serais pas Juif non plus si je n’avais pas peur. Que vous dire ? Je distingue les signes et je sais les interprêter. Il faut dire que j’en ai l’expérience. »

 

         C’est au mois d’Adar que les messagers portèrent le décret du roi Assuérus. Le Peuple Juif était dans la consternation. Mardoché s’enveloppa d’un sac et se couvrit de cendres. Puis il alla au milieu de la ville en poussant de grands cris amers. Il y eut une grande désolation parmi les Juifs. Ils jeûnaient, pleuraient, se lamentaient. Mardoché informa Esther, devenue l’épouse du roi Assuérus (qui ne savait pas qu’elle était Juive), de la menace d’extermination. Esther décide de jeûner pour faire face aux dangers qui menacent son peuple, sans manger ni boire pendant trois jours, puis d’aller trouver le roi pour plaider la cause de son peuple.

 

         « Car si tu te tais maintenant, le secours et la délivrance surgiront d’autre part pour les Juifs, et toi et la maison de ton père vous périrez. »

                                                                  Esther 4 V 14

         Esther, sur les conseils de Mardoché, réussit à déjouer les plans diaboliques d’Haman et parle au roi. L’étau se resserrant autour d’Haman, son épouse lui dit : « Si Mardoché devant lequel tu as commencé de tomber est de la race des Juifs, tu ne pourras rien contre lui, mais tu tomberas devant lui. » Esther dénonce Haman et il fut condamné à mort. La situation est complètement renversée. C’est Haman qui est pendu à la potence qu’il avait préparée pour Mardoché. Haman avait dix fils qui furent eux-aussi pendus.

 

         Lors du procès de Nuremberg, pendant lequel furent jugés les criminels nazis, 10 généraux d’Hitler ont été condamnés à mort par pendaison. Le jour de l’exécution, quand arriva le tour du dizième, ce dernier qui de toute évidence connaissait le livre d’Esther, dit avant de mourir « Pourim ».

 

         Le roi Assuérus fit envoyer dans toutes ses provinces des messagers à cheval, porteurs d’un décret annulant celui d’extermination. Il y eut parmi les Juifs de la joie et de l’allégresse, des festins et des fêtes. La fête de Pourim est célébrée les 14 et 15 Adar. Haman avait choisi la date du 13 du mois d’Adar pour l’élimination du Peuple Juif.

 

         Le livre d’Esther nous dit au chapitre 9 : « Il leur prescrivait de célébrer chaque année, le quatorzième et le quinzième du mois d’Adar, comme les journées où ils avaient obtenu du repos en se délivrant de leurs ennemis, de célébrer le mois où leur tristesse avait été changée en joie et leur désolation en jour de fête, et de faire de ces jours des jours de festin et de joie, où l’on s’envoie des portions les uns aux autres, et où l’on distribue des dons aux indigents… Les Juifs prirent pour eux et pour leur postérité, et pour TOUS CEUX QUI S’ATTACHERAIENT A EUX, la résolution et l’engagement irrévocables de célébrer chaque année ces deux jours… Ces jours de Pourim ne devaient jamais être abolis au milieu des Juifs, ni le souvenir s’en effacer parmi leurs descendants. »

 

         Cette fête est pour les Juifs et pour tous ceux qui s’attachent à eux. Ne sommes-nous pas greffés à eux, ne sommes-nous pas attachés à eux par un lien d’amour puissant ? Alors célébrons cette belle et joyeuse fête de Pourim !

 

 

  Ils s’envoient des portions les uns aux autres :

 

         A ce propos, j’ai une petite anecdote à vous raconter. Je me suis renseignée auprès d’une amie juive pour savoir ce qu’étaient ces portions, et  quelle était la coutume actuelle à ce propos. Elle me répondit qu’il s’agissait souvent de gâteaux que les familles s’offraient les unes aux autres. Alors, il me vint une idée et je demandai à mon amie une recette de gâteaux de Pourim. J’en fis quelques-uns pour offrir à un couple Juif âgé. Je me rendis chez eux le jour de la fête, les gâteaux soigneusement déposés dans un petit panier, et je déposai une jolie carte, sur laquelle je citai le passage d’Esther qui mentionnait que tous ceux qui s’attacheraient à eux célèbreraient cette fête.

 

         Je ne peux vous décrire combien Madame et Monsieur L… furent émus. Monsieur L… cachait mal ses larmes par le rire. Son épouse et lui avaient tellement souffert de la perte de leur famille dans la Shoah. En dégustant l’un des gâteaux devant moi, Monsieur L… dit en riant : « Il y a du bon dans la tradition ! »

 

         A l’occasion de cette fête, je me rends avec mon mari à la synagogue. C’est dans une ambiance très joyeuse que se déroule l’office. Le rouleau d’Esther est lu, et à chaque fois que le nom d’Haman est prononcé, on doit faire le plus de bruit possible en tapant du pied et sur les bancs. Cela devient vite un jeu très amusant pour tout le monde, petits et grands. Ensuite, c’est la dégustation à profusion de gâteaux. Certains sont de forme triangulaire pour rappeler le chapeau d’Haman, d’autres ont la forme d’oreilles, ce sont les oreilles d’Haman, etc… Ce moment de grande convivialité permet de voyager au gré des senteurs et des saveurs des recettes Ashkenaz et Sépharades !

 

         Bonne fête à toutes et à tous !

 

 

                                                              Avec toute mon affection,

                                                                  Sylviane  CUARTERO

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans ETUDE DE LA TORAH

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article